Autres informations sur les états unis pour cette semaine

Autres informations sur les états unis pour cette semaine

les données sur le chômage ont été publiées, Charles Evans, le président de la Fed de Chicago, a prononcé un discours intitulé « Y sommes-nous arrivés ? » qui a abordé l’avenir de la politique monétaire américaine. Dans son discours, Evans a réitéré que malgré le fait que les taux ont avoisiné un niveau proche de zéro pendant près de cinq ans, le seuil de 6,5 % du taux de chômage demeure une condition nécessaire, mais insuffisante pour relever les taux. D’autre part, Evans a également mentionné une voie alternative pour les hausses de taux, mentionnant que la condition d’un taux de chômage à 6,5 % n’est efficace que tant et aussi longtemps que les perspectives de l’inflation restent inférieures à 2,5 % à moyen terme. Evans a également livré ses attentes pour l’avenir concernant la réduction du QE3 et les hausses de taux en disant que les conditions économiques permettant le ralentissement du QE3 devraient être atteintes à la mi-2014, tandis que les 6,5 % de taux de chômage nécessaires pour les hausses de taux devraient intervenir entre le début et le milieu de 2015.

billet dollar


En ce qui concerne l’état de l’inflation, Evans semblait assez fier du fait que, en dépit de la politique monétaire accommodante adoptée par la Fed, « les dernières données relatives à l’inflation ont été exceptionnellement faibles et bien en dessous de notre objectif à long terme de 2 % ». Evans a poursuivi en prédisant que l’inflation augmenterait lentement pour revenir à 2 % au cours des prochaines années.

La fonction d’Evans en tant que représentant de la Fed de Chicago fait de lui un partisan naturel d’une politique monétaire accommodante. De toute évidence, il semble faire partie des « colombes ». Toutefois, Esther George, présidente de la Fed du Kansas, a manifesté vendredi une approche plus proche des « faucons ». Après avoir demandé l’expansion du bilan de la Réserve fédérale, comme conséquence de taux d’intérêt proches de zéro, Esther George a pointé l’amélioration des chiffres du chômage au cours de l’année écoulée et la manière dont « selon le Conference Board, davantage de consommateurs sont enclins à décrire le marché de l’emploi comme « copieux” plutôt que « difficile” par rapport aux cinq dernières années ».

Toutefois, étant donné le chemin prédéfini fixé par le président Bernanke concernant la future politique, Esther George a choisi de ne pas appeler à une réduction complète du QE3, mais a plutôt suggéré que la réduction du rythme des achats d’actifs de 85 milliards de dollars à 70 milliards de dollars environ serait « l’étape suivante la plus appropriée ».


imhottep
imhottep

Leave a Comment