L’économie turque à la croisée des chemins

L’économie turque à la croisée des chemins

L’économie turque semblait assez forte mardi avec les données du PIB indiquant une augmentation annuelle de 4,4 % par rapport à une contraction de – 0,5 % pour l’ensemble de la zone euro. De tels chiffres viennent en soutien du souhait du premier ministre turc Recep Tayyip Erdo?an qu’en 2023, lors du 100e anniversaire de la Turquie, le PIB du pays atteigne 2 000 milliards de dollars américains – lui permettant de se classer parmi les 10 premières puissances économiques mondiales alors que ce pays point actuellement à la 17e place. Cependant, l’examen du rapport sur la balance des paiements qui a été publié jeudi entraîne des préoccupations étant donné que le revenu net sur les exportations, moins les paiements au titre des importations, s’élève à un déficit de 5,8 milliards de dollars. Une analyse plus fouillée du compte de transactions courantes révèle que les exportations ont augmenté de seulement
2,4 % par an, tandis que les importations ont bondi de 10 %.

L’examen du compte de capital de la balance des paiements révèle encore plus de fuites de capitaux, étant donné que les données agrégées des investissements de portefeuille turcs signalent une baisse de 3 milliards de dollars US. En d’autres termes, la croissance de l’économie turque n’a pas semblé motiver les citoyens turcs à réinvestir les capitaux levés dans l’économie locale, mais plutôt à les sortir du pays, soit pour le paiement de marchandises importées, soit pour des investissements à l’étranger.

Essayer de trouver les facteurs économiques fondamentaux qui ont conduit à cette situation désigne la dépréciation de la livre turque comme un éventuel suspect. La dépréciation de 30 % de la livre turque au cours des trois dernières années a bénéficié aux exportations turques, en rendant la production en Turquie compétitive par rapport aux pays étrangers. Toutefois, il convient de noter que l’effet de l’inflation annuelle qui s’est établie en moyenne autour de 7,6 % au cours des trois dernières années semble vraiment comme quelque chose de moins approprié pour une économie dominante dans l’environnement mondial actuel.

imhottep
imhottep

Leave a Comment