Les marchés saluent les déclarations du professeur Janet Yellen

Les marchés saluent les déclarations du professeur Janet Yellen

La professeure Janet Yellen a été auditionnée jeudi par le sénat, après avoir été nommée pour devenir la prochaine présidente de la Fed. Mme Yellen, 67 ans, a effectué une présentation impressionnante à l’adresse des marchés, en dépit des questions difficiles posées par des sénateurs de tous les bords de la scène politique. Mme Yellen a prouvé une nouvelle fois qu’elle appartient au camp des « colombes ». Lorsque le sénateur Tim Johnson l’a interrogée sur l’avenir de l’assouplissement quantitatif alors que le marché du travail récupère lentement, elle a répondu qu’elle « serait fermement résolue à travailler avec le comité fédéral de l’Open Market pour continuer de promouvoir une forte reprise économique ». Mme Yellen a poursuivi en réaffirmant cette approche de « colombe » lorsqu’elle a plus tard fait observer qu’il est « important de ne pas retirer le soutien alors que la reprise demeure fragile ».

Les explications de Mme Yellen ont été positives pour les marchés de capitaux, cependant, contrairement à l’optimisme des commentaires de Ben Bernanke auquel nous étions habitués dans le passé, les marchés semblent comprendre que le programme d’assouplissement quantitatif ne peut pas durer indéfiniment. En plus des hausses volatiles s’étant produites au cours de l’audition, l’indice du S&P 500 a augmenté de 1,2 % environ tout au long de la séance du jour. L’index du Dow a été plus modéré, n’ayant progressé que de 0,3 % au cours de la journée précédente et l’indice composite du Nasdaq n’a enregistré qu’une hausse de 0,2 % environ.

Mme Yellen a également déclaré que l’assouplissement quantitatif ne pourrait pas durer éternellement, car il a créé des « risques potentiels pour la stabilité financière ». Avec un indice annuel des prix à la consommation augmentant de 1,2 %, il est difficile de savoir ce qui pourrait arrêter la Fed de faire tourner la planche à billets pour injecter ces derniers dans l’économie. Étant donné que les achats de la Fed ont d’ores et déjà contribué à la croissance de la base monétaire américaine à hauteur de 36 % tout au long de l’année, il serait difficile pour Mme Yellen de rejeter les critiques arguant que l’inflation reprendrait si les taux d’intérêt revenaient enfin aux niveaux d’avant la crise.


imhottep
imhottep

Leave a Comment